À la UneActualités

Le business plan financier, exercice de style ou outil indispensable de l’entrepreneur ?

Tout projet d’entreprise, qu’il s’agisse de la création, du développement ou de la reprise d’une activité, est synonyme de business plan.

Parfois considéré comme un exercice de style imposé, pour répondre à la demande d’un financeur ou d’un partenaire. Nous allons voir que le business plan est aussi un outil indispensable pour le dirigeant.

Que doit contenir un business plan ?

Le business plan est un document décrivant le projet d’entreprise dans toutes ses dimensions :

  • stratégique,
  • humaine,
  • économique,
  • commerciale,
  • technique,
  • etc., et bien-sûr financière.

Sa vocation est de répondre à plusieurs questions : Pourquoi créez-vous ou développez-vous telle activité ? Quel produit, solution, réponse, apportez-vous ? Comment allez-vous procéder pour atteindre vos objectifs et quels moyens allez-vous mettre en œuvre ?

Il s’adresse bien souvent à des partenaires que vous souhaitez associer au projet : investisseurs, banques, associés, partenaires stratégiques…etc. Ainsi, votre business plan est là pour convaincre. Mais avant de convaincre autrui, votre plan d’action doit être clair pour vous. La construction du business plan vous aide à structurer et formaliser vos idées, à vous poser les bonnes questions et à n’omettre aucun élément clé afin d’assurer la viabilité du projet.

Passons en revue les différents chapitres que recouvre habituellement un business plan (son contenu peut, bien-sûr, être adapté à chaque activité) :

L’executive summary

Vos lecteurs auront en général peu de temps à accorder à la lecture de votre dossier. Vous devez donc les « accrocher » dès le début du document pour leur donner envie de s’intéresser au projet et poursuivre la lecture. C’est le rôle de l’executive summary, résumé concis et vendeur du projet.

La proposition de valeur

Commencez par énoncer à quel problème vous répondez, et décrivez la solution que vous proposez. Autrement dit, vous expliquez pourquoi vous avez décidé de lancer le projet, quels sont vos objectifs, et quelle est la valeur apportée par votre produit.

La présentation de l’équipe

Le facteur humain aura une place importante dans la décision de vos partenaires de vous soutenir ou non. Parfois même plus que le produit que vous développez. Vous devez montrer en quoi l’équipe qui porte le projet est la bonne pour le mener à bien : expérience, compétences clés, complémentarité…

Le marché

Vous n’êtes en général pas seul dans votre marché. Des concurrents existent, et proposent des produits semblables. Décrivez le marché dans lequel vous allez évoluer, qui seront vos clients, vos concurrents et quel positionnement vous visez.

La stratégie

Exposez la stratégie que vous allez adopter pour atteindre vos objectifs : positionnement produit (gamme, prix), modèle de revenus, stratégie commerciale, marketing, communication, positionnement dans la chaîne de valeur (de la conception à la distribution), moyens mis en œuvre (commerciaux, techniques, humains, logistiques, etc.).

Le prévisionnel financier

Vient enfin le moment de traduire en chiffres toutes les hypothèses de votre projet. Le volet financier du business plan est crucial. Il vous indique si le projet tel que vous l’envisagez est économiquement viable, quelle rentabilité il dégagera et quels montants de financement il sera nécessaire de trouver à court et moyen termes. Il vous permet de déterminer à quel prix et quels volumes minimums vendre les produits, ou encore à partir de quel moment vous pourrez vous rémunérer.

Le prévisionnel financier, ou comment valider la cohérence économique du projet

La construction d’un business plan est par nature itérative. Il est rare que le prévisionnel financier s’équilibre correctement du premier coup ! Il sera probablement nécessaire d’ajuster les hypothèses du projet jusqu’à aboutir à un modèle économique financièrement viable et réaliste.

Le prévisionnel financier consiste en une projection des comptes de l’entreprise, et d’un certain nombre d’indicateurs et de ratios financiers, sur un horizon de plusieurs mois à plusieurs années.

Là encore, différents éléments peuvent être mis en valeur selon le type d’activité. Mais il existe des incontournables à présenter, par exemple dans le cadre d’une recherche de financement :

  • Le plan de financement : dresse la liste des dépenses et investissements prévus, ainsi que les autres besoins financiers (besoin en fonds de roulement ou BFR, remboursements d’emprunts, etc.), et les ressources mises en face pour les financer (fonds propres, endettement, subventions, etc.).
  • Le compte de résultat prévisionnel : indique à partir de quand l’entreprise deviendra rentable.
  • Le plan de trésorerie sur 12 mois : montre que sur un horizon court terme l’entreprise aura les ressources suffisantes pour couvrir ses besoins financiers.
  • Le seuil de rentabilité et le point mort : permet d’estimer le chiffre d’affaires minimum à réaliser pour couvrir l’ensemble des coûts et le moment à partir duquel ce seuil sera atteint.
  • D’autres indicateurs, selon le type et le secteur d’activité, tels que le BFR, le coût d’acquisition client, les niveaux de stocks, peuvent aussi s’avérer pertinents selon le secteur d’activité.

Le prévisionnel, traduction chiffrée de votre vision à un moment donné, contient par nature une part d’incertitude. Il est plus que probable que la réalité sera différente de ce que vous avez planifié. Pour autant, le business plan fixe des points de repère essentiels pour vous guider dans le développement de votre projet, et il est important de l’établir avec réalisme.

Ainsi, voici 5 points clés pour bien préparer son prévisionnel financier :

Être réaliste sur les volumes d’activité

Inutile de surestimer les ventes pour séduire vos partenaires financiers. Identifiez les principaux drivers de votre chiffre d’affaires et soyez en mesure de les justifier sur la base d’éléments ou d’études factuelles.

Ne pas sous-estimer le besoin en fonds de roulement

Le BFR correspond au besoin de trésorerie lié au fonctionnement récurrent de l’entreprise. Vérifiez notamment les délais d’encaissement clients habituellement observés dans votre secteur, ou le stock initial minimum à constituer. Cela vous aidera à calibrer le minimum de trésorerie initiale à apporter à l’entreprise.

Ne pas omettre de postes de dépenses

Soyez exhaustif sur les différentes catégories de dépenses à prévoir, liées à la production, au personnel, à la commercialisation, à l’administration et au fonctionnement général, à l’accompagnement ou à la sous-traitance, aux différentes taxes, etc. Des exemples de dépenses les plus courantes sont consultables sur Forekasts.

Identifiez toutes les sources de financement possibles

De nombreux acteurs et dispositifs, publics ou privés, existent pour aider au financement de la création ou de l’innovation en entreprise : augmentation de capital, subventions, emprunts… Renseignez-vous sur les possibilités (par exemple auprès de la BPI qui fournit de nombreuses ressources pour vous guider sur les financements publics) afin de maximiser vos chances.

Ne proposez pas qu’un seul scénario

Face à l’incertitude, imaginez différents scénarios et mesurez-en les effets sur vos indicateurs prévisionnels. Par exemple, que se passerait-il si vous n’obtenez que 50% de la subvention que vous demandez ? Si vos premières ventes ne se réalisent qu’avec 3 mois de retard par rapport à ce qui était prévu ? Si vos clients vous règlent avec 1 mois de retard ? Chiffrer différents scénarios vous permettra de mieux connaître vos marges de manœuvre, de sécuriser le lancement de votre projet, et de rassurer vos futurs partenaires en leur démontrant votre réalisme.

Le prévisionnel financier, un exercice complexe ?

Le volet financier du business plan peut parfois être perçu comme complexe, lorsque l’on n’a pas de formation en finance d’entreprise.

Il est possible de faire appel à un professionnel pour le réaliser, toutefois il est conseillé de se l’approprier. En effet, en tant que dirigeant ou futur dirigeant de l’entreprise, vous en êtes le premier gestionnaire, et la construction du prévisionnel financier est une première étape pour gagner en maîtrise sur les enjeux financiers de l’activité.

Il existe des outils conçus pour faciliter la construction d’un prévisionnel, tels que la solution Forekasts. Elle vous permet de simuler simplement de multiples hypothèses et scénarios, d’en vérifier la solidité financière, et de préparer un dossier complet à destination de vos partenaires. Grâce à son interface intuitive et ses nombreuses ressources d’aide à disposition, elle permet aussi bien aux néophytes qu’aux experts, de produire un prévisionnel de qualité professionnelle. Pour en savoir plus sur la plateforme Forekasts, rendez-vous sur forekasts.fr.